Presque tous les entrepreneurs ont déjà eu au moins un client mauvais payeurs dans leur vie. Le souci est qu’il n’est pas toujours facile de trouver les bons moyens pour les inviter ou les contraindre à payer. Pour que la relation commerciale ne devienne pas tendue, il est primordial de se baser sur la diplomatie et sur une bonne méthodologie. Retrouvez dans cet article les bonnes manières pour dire à un client mauvais payeur qu’il doit payer.

Ce qu’il faut entendre par mauvais payeurs

Les clients sont considérés comme de mauvais payeurs s’ils ont déjà reçu la prestation ou le produit alors qu’ils n’ont pas encore payé la facture correspondante à partir du moment où le délai convenu est dépassé. Le souci est que cette insolvabilité n’est pas sans conséquence sur la trésorerie de l’entreprise créancière. Celle-ci entraîne dans la majorité des cas un trou dans la trésorerie. Or, il n’est pas toujours facile de recouvrir les impayés.

Sujet a lire : Assurer son loyer contre les impayés : à quel prix ?

D’où l’importance de mettre en œuvre un plan de recouvrement et de relance, un procédé qui n’est pas toujours facile puisque, lors de la relance, il faut se soucier aussi du maintien des relations commerciales.

Alors, vous vous demandez ce qu’il faut faire en cas de mauvais payeurs ? Deux options s’offrent à vous :

A découvrir également : Ironfx et les informations à savoir

  • L’envoi immédiat d’une lettre de mise en demeure, étant l’étape préalable avant un recours en justice ;
  • L’envoi d’une lettre de relance, étant le premier pas d’une procédure de recouvrement à l’amiable.

La relance constitue la meilleure option si vous souhaitez obtenir un paiement sans froisser les relations commerciales. En effet, les impayés sont souvent dus à un oubli, à une erreur comptable, à une perte de la facture. Le fait d’envoyer une simple lettre de relance peut ainsi permettre d’obtenir le règlement de sa dette.

Comment relancer les mauvais payeurs ?

Pour relancer efficacement les mauvais payeurs, voici les solutions qui s’offrent à vous.

Comment annoncer aux mauvais payeurs qu’ils doivent s’acquitter de leur dette ?

Dans tous les cas, bannissez le ton intimidant ou menaçant puisque c’est infructueux, voire même destructeur. L’idée est de toujours rester polie tant que la procédure reste dans la phase amiable. Restez toujours courtois quel que soit le moyen de communication que vous choisissez. Pour demander le paiement de vos factures impayées, voici nos conseils :

  • Rédigez une lettre de relance personnalisée. Évitez les lettres standard ;
  • Assurez-vous d’être précis, courtois et ferme dans votre demande ;
  • Garder un délai raisonnable entre chaque relance au risque de faire un harcèlement.

Quel moyen de communication choisir pour relancer les mauvais payeurs ?

Puisque vous êtes dans le cadre d’une démarche amiable, l’idéal serait de choisir le contact direct. Pour cela, rien ne vous interdit de faire une relance téléphonique. Alors, qui contacter pour relancer un client ? S’il s’agit d’une grande entreprise, il convient de choisir un bon interlocuteur, comme le trésorier ou le service comptable. Cela vous assure un gain de temps. Pour les particuliers, ou les petites structures, la question qui contacter est moins importante.

Vous n’obtenez aucune réponse favorable après le premier contact téléphonique ? Alors, passez à la relance par écrit. Envoyez une lettre au mauvais payeur pour lui rappeler qu’il doit vous payer une somme. Rappelez aussi vos conditions générales de vente. Il est aussi possible d’y insérer votre intention d’appliquer des pénalités de retard en cas de retards de paiements répétés.

Dans le cas où vous n’avez toujours reçu aucun paiement, l’envoi d’une lettre de mise en demeure reste le dernier recours qui s’offre à vous avant de passer aux poursuites judiciaires.

À quel moment relancer les mauvais payeurs ?

Avant de relancer les mauvais payeurs, attendez que la date limite de paiement soit écoulée. Vous pouvez ensuite envoyer votre première lettre de relance dès J+1 de cette date limite. L’objectif en est de notifier le retard au client. Quel est le nombre de relances à envoyer avant la mise en demeure ? Dans la pratique, l’idéal serait de faire deux relances.