Les jeunes sont souvent considérés comme une population vulnérable sur le marché du travail, qui subit de plein fouet les conséquences des crises économiques et sociales. En France, le taux de chômage des 15-24 ans s’élevait à 20,7 % au troisième trimestre 2021, soit plus du double de la moyenne nationale (8,1 %)c. Face à ce constat alarmant, quels sont les enjeux, les difficultés, et les solutions pour favoriser l’insertion professionnelle des jeunes ? Cet article vous propose de faire le point sur la situation des jeunes et de l’emploi en France.

Quels sont les enjeux de l’emploi des jeunes en France ?

L’emploi des jeunes est un enjeu majeur pour la société française, à la fois sur le plan économique, social, et démocratique. En effet, l’emploi des jeunes permet de :

En parallèle : Comprendre le répertoire de formation

• Stimuler la croissance économique, en augmentant la production, la consommation, et les recettes fiscales.

• Réduire la pauvreté, la précarité, et les inégalités, en améliorant le niveau de vie, le pouvoir d’achat, et l’accès aux droits sociaux des jeunes.

Cela peut vous intéresser : Fête vietnamienne de steak d'été !

• Renforcer la cohésion sociale, en favorisant l’intégration, la participation, et le dialogue entre les générations, les cultures, et les territoires.

• Préserver la démocratie, en évitant le décrochage, le désenchantement, et la radicalisation des jeunes, qui peuvent se sentir exclus, marginalisés, ou discriminés.

L’emploi des jeunes est donc un défi crucial pour l’avenir de la France, qui nécessite une mobilisation collective et une action concertée de tous les acteurs concernés : l’État, les collectivités territoriales, les partenaires sociaux, les entreprises, les associations, les établissements d’enseignement et de formation, et les jeunes eux-mêmes.

Quelles sont les difficultés rencontrées par les jeunes sur le marché du travail en France ?

Les jeunes rencontrent de nombreuses difficultés sur le marché du travail en France, qui entravent leur accès à l’emploi et leur parcours professionnel. Parmi ces difficultés, on peut citer :

• Le manque de qualification, qui touche environ 10 % des jeunes de 18 à 24 ans, qui n’ont ni diplôme, ni formation, ni emploi. Ces jeunes sont confrontés à un risque élevé de chômage, de sous-emploi, ou d’inactivité.

• Le manque d’expérience, qui pénalise les jeunes diplômés, qui peinent à trouver leur premier emploi, ou qui doivent accepter des emplois en dessous de leur niveau de qualification, ou de leurs aspirations.

• Le manque d’opportunités, qui affecte les jeunes issus de milieux défavorisés, de zones rurales, ou de quartiers prioritaires, qui ont moins accès à l’information, à l’orientation, à la formation ingénierie, ou aux réseaux professionnels, qui facilitent l’insertion.

• Le manque de stabilité, qui caractérise le marché du travail des jeunes, qui sont plus exposés aux contrats courts, aux emplois saisonniers, ou aux emplois atypiques, qui offrent peu de garanties, de perspectives, ou de protection.

Ces difficultés sont aggravées par la crise sanitaire et économique liée à la pandémie de Covid-19, qui a entraîné une baisse de l’activité, une hausse du chômage, et une réduction des offres d’emploi, notamment pour les jeunes, qui sont souvent les premiers touchés par les mesures de restriction ou de fermeture des secteurs les plus affectés, comme l’hôtellerie, la restauration, le tourisme, ou la culture.

Quelles sont les solutions pour améliorer l’emploi des jeunes en France ?

Pour améliorer l’emploi des jeunes en France, il existe des solutions, qui visent à lever les freins, à renforcer les compétences, et à créer des opportunités pour les jeunes. Parmi ces solutions, on peut mentionner :

• Le plan « 1 jeune, 1 solution », lancé par le gouvernement en juillet 2020, qui mobilise 9 milliards d’euros pour soutenir l’emploi des jeunes, à travers trois axes : faciliter l’entrée dans la vie professionnelle, orienter et former les jeunes vers les métiers d’avenir, et accompagner les jeunes éloignés de l’emploi.

• Le renforcement de l’apprentissage, qui permet aux jeunes de se former en alternant des périodes de cours théoriques et de pratique en entreprise, sous la tutelle d’un maître d’apprentissage. L’apprentissage favorise l’acquisition de compétences, l’adaptation aux besoins du marché, et l’insertion professionnelle des jeunes.

• Le développement de l’entrepreneuriat, qui offre aux jeunes la possibilité de créer leur propre activité, de réaliser leur projet, et de devenir leur propre patron. L’entrepreneuriat stimule la créativité, l’autonomie, et la responsabilité des jeunes, et contribue à la dynamique économique et sociale du territoire.

• L’ouverture à l’international, qui permet aux jeunes de se former, de travailler, ou de s’engager à l’étranger, dans le cadre de programmes d’échanges, de stages, de volontariats, ou de mobilités. L’ouverture à l’international enrichit le parcours, le profil, et le réseau des jeunes, et leur apporte des compétences linguistiques, interculturelles, et professionnelles.

En conclusion, les jeunes et l’emploi en France sont un sujet complexe, qui soulève des enjeux, des difficultés, et des solutions. Les jeunes sont une ressource précieuse pour la France, qui doit les accompagner, les soutenir, et les valoriser, pour leur permettre de trouver leur place et de s’épanouir dans la société.