Par Margarete Brito

LE Sechat m’a demandé un article commémorant les cinq années du film illégal. Quand j’ai commencé à écrire, j’ai fait un exercice remontant dans le temps, année après année, en me souvenant de chaque moment important de cette trajectoire de lutte, des gens que j’ai rencontrés, qui ont aidé, qui m’ont aidé. Il y a tellement de personnes impliquées, je m’excuse de ne pas être capable de se souvenir de tout le monde.

Lire également : Cerveau et intestin : découvrez l'incroyable connexion entre ces parties du corps

Tout s’est passé comme un ouragan dans ma vie. Je n’avais aucune idée qu’à partir du message adressé à Penny, la mère de Haper, le 29 septembre 2013, demandant de l’aide dans le traitement de ma fille Sofia, nos vies seraient complètement transformées. Et cette aide allait bien au-delà de notre famille et de nos vies.

Rien n’était par hasard. Tout était tellement connecté, comme si j’avais déjà un script prêt, où la première mère que j’ai aidée, est rapidement devenu le cas le plus connu au Brésil, Katielle Ficsher , la mère d’Anny, nommée par moi à Tarse, qui était un ami de Emilio Figueiredo (de Réforme des drogues ), qui me connaissait aussi, émergeant ainsi le documentaire illégal , qui en plus des écrans de cinéma, a remporté les médias du Brésil et de l’étranger
d’ici aussi.

En parallèle : Comprendre ce que cela signifie pour le Mexique de légaliser la marijuana dans le pays

La cause a pris forme. Il a formé un réseau de connexion beaucoup plus grand que
nous avons imaginé. Les gens qui sont venus avant ou après notre histoire se sont joints, depuis lors guidant les médias et réverbérant la cause. Ces histoires qui sont partagées par des milliers de personnes, touchant leur vie et stimulant l’engagement, révélant l’activisme de l’autre et mettant en lumière de nouvelles personnes engagées dans une cause qui grandit de façon exponentielle.

C’est une histoire à qui je ne vois pas de fin, parce que ce n’est pas le cas ! Il ne sera qu’amplifié. Dans tous les pays, il y a les premiers cas qui gagnent les médias, la plupart de l’épilepsie où le cannabis transforme la vie d’un enfant et, à partir de là, sème les conditions d’un débat public sur les véritables raisons de l’prohibitionnisme.

Aujourd’hui, en tant qu’activiste, j’ai la responsabilité profonde d’aider à déconstruire tant d’injustice historique sur la criminalisation de la marijuana.

Au cours de ces cinq années, il y a eu de nombreuses réalisations, au Congrès national, dans le pouvoir judiciaire, dans le domaine législatif, mais pour moi les plus grandes réalisations sont celles qui viennent d’un œil à l’autre, de la transformation par l’information.

Aujourd’hui, beaucoup de gens comprennent déjà que c’est la même marijuana qui peut sauver la vie de nos enfants, qu’il n’y a pas de place pour arrêter les cultivateurs, que les producteurs ne veulent pas soutenir la traite, que les gens veulent avoir le droit d’utiliser l’herbe sans avoir besoin d’une ordonnance. C’est la même plante !

Je n’avais aucune idée que je serais le premier Brésilien à avoir une autorisation judiciaire pour l’auto-culture, qui se rendrait dans d’autres pays pour raconter nos histoires, que je serais le coordinateur de des membres engagés et des partenariats avec Fiocruz.

Apep devient un projet avec la durabilité tous les jours, commence à former une équipe payée, donne des cours et aide tant de gens (directement et indirectement).

Il y a cinq ans, je n’aurais pas imaginé que dans un court laps de temps, Emilio serait l’un des fondateurs d’un réseau d’avocats aidant plus de 40 personnes avec Habeas Corpus pour l’auto-culture, qu’aujourd’hui il y aurait déjà d’innombrables associations dans tout le Brésil, que Cassiano créerait Abrace Esperança et serait cette belle chose qu’il est. En regardant en arrière dans ma mémoire, j’ai vu que tant de choses ont été faites, conquises et transformées au cours de ces années et pourtant, nous ne faisons que commencer !

Et comme dit la chanson Sal of the Earth, on aura besoin de tout le monde.

Margarete Brito est avocate et fondatrice d’Apep, Association for Research Support and Medicinal Cannabis Patients .