Si papa a de mauvaises habitudes de santé et d’alimentation, il peut le transmettre génétiquement à l’héritier. Ou plutôt, épigénétiquement…

Cela peut sembler contradictoire, mais l’hérédité implique plus que l’ADN. Cela ne veut pas dire que tout ce que vous avez appris sur l’évolution est un mensonge. Au contraire. L’ADN est plutôt la « recette de gâteau » des êtres vivants. Mais selon le cuisinier, la même recette, avec les mêmes ingrédients et faite dans le même environnement, se révélera différente. L’ADN n’agit pas seul : des facteurs externes influencent la façon dont il s’exprime. C’est un phénomène connu sous le nom de » épigétique  ».

Avez-vous vu cela : Comprendre ce que cela signifie pour le Mexique de légaliser la marijuana dans le pays

L’épigénétique signifie littéralement « au-delà de la génétique ». Ce sont des modifications de l’ADN sans altérer la séquence génétique. Cela explique pourquoi les souris de laboratoire génétiquement identiques agissent différemment. Ou parce que les jumeaux univiteline, élevés ensemble, manifestent des comportements distincts. Aujourd’hui, une étude de la faculté de médecine de l’Université du Massachusetts aux États-Unis indique que les caractéristiques acquises par les parents tout au long de la vie — ou pendant une courte période — peuvent être transmises à leurs enfants. Par exemple, les parents qui ont un régime alimentaire déséquilibré au moment de la conception de leur enfant peuvent transmettre un métabolisme pire à leurs héritiers. Et les scientifiques ont trouvé des indices sur la façon dont cela se passe.

C’est la faute du sperme. Ou plutôt, l’épididyme. Si vous ne savez pas quel est ce nom drôle, très bien, c’est l’un des organes les moins étudiés du corps humain — mais croyez-moi, cela peut influencer directement les caractéristiques qu’un enfant héritera de son père. En détail : épididyme est un tube de l’appareil reproducteur mâle — environ 6 m, déroulé — que les spermatozoïdes passent pour sortir des testicules (où ils sont produits) jusqu’à ce qu’ils soient éjaculés. Dans la recherche, les scientifiques ont attesté que les spermatozoïdes de souris, reproductions in vitro, transmettaient différentes caractéristiques selon l’endroit où ils ont été recueillis : dans les testicules, au début de l’épididyme ou à l’extrémité du canal. Et ils contenaient tous exactement le même ADN.

En parallèle : Substitut hormonal bioidentique -

Il n’y avait qu’une seule explication possible à cette différence : certains spermatozoïdes avaient des ARN modifiés par les cellules épididymes, qui transmettaient des informations sur l’état actuel du père de l’enfant.

« Mais d’où vient cet ARN dans l’histoire ? » , vous vous demandez peut-être. L’un des composants les plus puissants de l’épigénétique est les « petits ARN » (petits ARN). L’ARN est une molécule qui recueille des instructions à partir de l’ADN et les transforme en protéines, et les petits ARN sont des microfilaments d’ARN non codant (c.-à-d., qui ne donnent lieu à aucune protéine). Mais même inactifs, ils peuvent cacher des informations génétiques qui peuvent influencer la façon dont l’ADN agira. Bingo, c’est ce qui est arrivé aux souris.

Pour confirmer l’hypothèse, l’équipe de chercheurs a ajouté un marqueur chimique à un de l’épididyme et fusionné avec le sperme. Chacun d’eux portait ces éléments épigénétiques jusqu’à l’union finale avec l’œuf. C’est-à-dire que le sperme, à différents points le long de l’appareil reproducteur, avait la même génétique, mais pas la même épigénétique.

« Il y a beaucoup d’héritages que nous n’avons pas encore expliqués », explique Colin Conine, l’un des auteurs de l’étude. « Mais il est vrai que les animaux ne sont pas seulement votre ADN. » Un autre point abordé par la recherche est de savoir si les spermatozoïdes avec ARN épigénétique sont plus résistants que ceux qui n’ont pas subi d’interférence environnementale — ce qui peut influer sur l’amélioration de la reproduction in vitro. Ces études sont encore au début, mais les scientifiques gardent un œil sur l’épigénétique. Et les papas potentiels restent mieux aussi, car le mode de vie qu’ils mènent peut influencer la vie de leurs enfants avant qu’ils ne viennent ici.

Source : Super Intéressant