Par Marcus Bruno

Les professionnels de la santé qui recherchent et indiquent l’utilisation médicinale de Cannabis sativa a exprimé des préoccupations au sujet note technique que le Ministère de la santé a renvoyé jeudi (29) à l’Agence nationale de surveillance sanitaire. Le document recommande que Anvisa limiter l’enregistrement, « à cette première fois seulement pour le cannabidiol » et seulement « pour le traitement de l’épilepsie réfractaire ».

Lire également : Le ministère de l'Agriculture approuve l'homologation des pesticides à haute toxicité

Le texte maintient également : « puisque notre manifestation est basée uniquement sur la libération de cannabidiol pour une seule indication thérapeutique, il n’est pas nécessaire d’installer une capacité nationale pour la culture du cannabis ».

« Aujourd’hui, j’ai 15 patients qui importent l’huile, et aucun n’est pour l’épilepsie. J’ai des patients atteints d’autisme, de fibromyalgie, d’accident vasculaire cérébral, de sclérose en plaques, et ils sont tous venus (à moi) parce qu’ils avaient déjà subi d’autres traitements », explique Wilson Lessa, psychiatre Wilson Lessa, directeur de la Société brésilienne d’études du cannabis et membre de l’International Cannabinoid Research Society. De l’avis de Lessa, la mesure apporte la désinformation aux professionnels de la santé.

A lire aussi : Fête vietnamienne de steak d'été !

« Pour les médecins qui le prescrivent déjà, cela ne change rien. Mais pour le médecin qui apprend, il pourrait penser que c’est juste une épilepsie réfractaire. Et pour les gens, c’est effrayant, c’est un très gros mauvais service. »

Le Dr Wilson Lessa critique également le point 11 de la note technique. Le texte indique que « la production de preuves plus solides sur l’efficacité et l’innocuité des médicaments à base de cannabis spp., de ses dérivés et analogues synthétiques » est nécessaire ; et demande d’autres « études liées à l’élucidation des meilleures techniques pour la culture, l’extraction et la transformation contrôlées de composants médicaments pharmacologiques de cannabis ».

 » C’est un coup dans le pied. Comment y aura-t-il plus de recherche avec la plante si il est interdit de planter à des fins de recherche ? Comment allons-nous chercher de meilleures méthodes de plantation, de récolte et d’extraction des phytocomposants sans pouvoir planter à cette fin ? » , questions.

Le neurochirurgien Pedro Pierro Neto, spécialisé dans les chirurgies de contrôle de la douleur, les troubles du mouvement, l’épilepsie et le cannabis médical, estime que le gouvernement cherche, avec cette restriction, à limiter la judicialisation des demandes de médicaments :

« Si c’est fait de cette façon, toute la justice pour la maladie de Parkinson, la maladie d’Alzheimer, l’insomnie, l’anxiété, le gouvernement ne sera plus obligé de fournir les médicaments. Ensuite, il réduirait le projet de loi du gouvernement. »

Pour le Dr Paulo Fleury, la note n’est pas technique, mais politique

Le docteur Paulo Fleury Teixeira, spécialiste en médecine préventive et coordinateur d’une étude pionnière sur le cannabidiol dans le traitement de l’autisme à l’UFMG, soutient que la note du ministère n’est pas technique mais « politique ». Pour le professionnel de la santé, toute justification raisonnable a.

« Une autre justification serait plus exposée au risque de THC, et cela ne bénéficie pas non plus d’un appui scientifique suffisant. La note du ministère n’est pas fondée sur l’intérêt sanitaire de la population, ni sur des preuves médico-scientifiques. C’est donc une note politique. Quel est l’intérêt politique qu’elle sert ? Je pense que c’est électoral. »

Paulo Fleury estime que la réglementation d’Anvisa suivra, malgré les efforts contraires du gouvernement, parce que, de l’avis du médecin, « il y a déjà suffisamment d’intérêt économique pour forcer cette réglementation à prendre. Je crois qu’Anvisa va gagner cette bataille, qui n’est pas non plus un gain significatif pour la population, parce que le mieux serait de faciliter l’accès, d’abaisser le prix des produits ou de permettre l’auto-culture », a-t-il soutenu.