La société Schoenmaker Humako, qui fait partie du groupe Terra Viva, entre ce mardi, Octobre 1, avec un procès contre l’Union et l’Agence nationale de surveillance de la santé (Anvisa), pour le droit de planter du cannabis non psychoactif, de fabriquer des médicaments, des tissus et de la nourriture.

Aujourd’hui, au Brésil, le cannabis est un genre de plantes absolument illégal : il est interdit de laisser pousser un seul pied sur le territoire national, même s’il ne contient pas de THC, la substance psychoactive qui provoque l’effet mental de la marijuana. La seule exception à cette interdiction est de 37 personnes et d’une association qui ont acquis le droit, en justice, de cultiver pour leur propre usage, en raison de la nécessité médicale.

A voir aussi : Appel à tous les propriétaires d'animaux : Essais de base pour une maison plus sûre -

Le cannabis non psychoactif, également connu sous le nom de chanvre ou de chanvre, est un cannabis avec un maximum de 0,3% de THC, insuffisant pour donner tout bon marché. C’est une usine avec une grande valeur économique. Traditionnellement, les fibres de sa tige sont utilisées pour fabriquer des tissus et des papiers, une huile très nutritive et savoureuse est extraite de ses graines, et les feuilles donnent lieu à des thés.

Mais aujourd’hui, le grand intérêt pour le cannabis sans THC est dans une molécule appelée cannabidiol, ou CBD, l’une des 100 cannabinoïdes, qui sont des substances qui, comme le THC, se connectent aux récepteurs dits endocannabinoïdes de nos cellules. Le CBD n’est pas bon marché, mais c’est un médicament avec un énorme potentiel pharmaceutique dans le traitement d’une grande variété de maladies, des épilepsies rares et très graves à l’anxiété.

Lire également : Keto BodyTone Avis - My Blog

« Il est clair qu’il y a une demande non satisfaite pour le CBD au Brésil, avec un énorme retard dans le processus d’importation pour les patients qui en ont besoin et un coût très élevé de l’importation », explique Fernando Casado, directeur commercial de Terra Viva. La société, qui aura 60 ans le mois prochain, a été fondée par un couple de Néerlandais basé dans la ville de São Paulo de Holambra, connue comme la capitale des fleurs.

En plus de fabriquer des tulipes et d’autres fleurs, l’entreprise est un important producteur de pommes de terre, d’oranges, de maïs et de soja. « Le groupe a également une entreprise aux Pays-Bas. Comme l’usage médical du cannabis y a déjà été réglementé, nous surveillons de près le marché du CBD et attentifs à cette opportunité. »

Le CBD suscite un grand intérêt dans le monde entier, à la fois dans l’industrie pharmaceutique, attirée par des dizaines d’indications médicales et l’absence presque totale d’effets secondaires, et dans l’industrie dite du bien-être (thés, boissons, cosmétiques, onguents, suppléments). Le marché mondial, qui n’existait pratiquement pas il y a cinq ans, a déjà dépassé 1 milliard de dollars et les estimations montrent qu’il a tendance à croître de plus de 30 % par an pendant plus d’une décennie, passant de 30 milliards — la demande réprimée.

Le Brésil, pays avec un coup de chaleur élevé, a un grand potentiel pour la culture du cannabis. Mais le pays est sorti derrière : les États-Unis, le Canada, la Chine et presque toute l’Europe, en particulier le pays du monde pour la production de chanvre industriel », a écrit l’agronome Lorenzo Rolim da Silva, à son avis sous-tendant l’action. « Nous croyons qu’il pourrait s’agir d’une culture plus rentable pour l’agro-industrie nationale que le grain », explique M. Casado.

Sans oublier que le Cannabis, qui a un cycle court — pousse en quelques mois, meurt et laisse une génération suivante pour l’année suivante. Il peut donc être tourné avec d’autres cultures, de sorte qu’il aide à récupérer le sol et le remplir de nutriments — il suffit de couper le pied après qu’il est mort et de le laisser sur le sol. « En plus d’avoir un nouveau produit, nous avons pensé que la productivité de ce que nous faisons déjà augmenterait. »

Les avocats Terra Viva affirment que le chanvre n’est pas interdit au Brésil : ce qui est interdit est la marijuana. Bien qu’il s’agisse de la même espèce végétale, il est facile de s’assurer que seules les variétés sans THC (ou avec des indices minimaux) sont plantées — il suffit de contrôler la circulation des semences, comme c’est le cas dans le monde entier. L’interdiction de la marijuana au Brésil est fondée sur les conventions internationales de l’ONU, qui ouvrent explicitement des exceptions à la production de cannabis à des fins médicinales et industrielles.

Arthur Ferrari Arsuffi, l’un des avocats, a du mal à prévoir les prochaines étapes. « Vous avez la possibilité de prendre une décision d’injonction, ce qui peut être très rapide — quelques semaines », dit-il. « Mais il se peut aussi que le juge veuille écouter tous les organismes de régulation et que l’Union ait des recours, ce qui prendrait des années ». Terra Viva demande la permission d’importer des graines et de commencer à planter immédiatement — « nous voulons être les premiers ».

L’action anticipe le processus en cours mené par Anvisa pour réglementer la plantation de cannabis pour l’extraction de drogues. L’agence a promis pour ce mois-ci d’achever ce processus et de créer des règles de production, malgré l’opposition ouverte du gouvernement fédéral. Les avocats soutiennent qu’il appartient à ANVISA de réglementer les médicaments fabriqués à partir de THC, une substance interdite, mais pas de chanvre. « Le chanvre est une plante commune qui n’a pas besoin d’une réglementation spéciale — sa plantation dépend uniquement du ministère de l’Agriculture », explique Arsuffi.

Il convient de rappeler que le CBD n’est pas la seule substance à potentiel médicinal extraite du cannabis. Le THC a également de nombreuses utilisations pharmaceutiques — c’est un bon analgésique et, en combinaison avec le CBD, augmente son efficacité dans la plupart des cas. Cette action en justice a donc le potentiel d’être bénéfique à de nombreux patients, mais pas à tous.

Source : Época