Ross Lipson est issu d’une famille d’entrepreneurs, ce qui n’est pas surprenant qu’il ait abandonné l’école pour entrer dans l’espace alimentaire en ligne, y compris co-fondateur puis vendre, l’une des premières startups de service de commande virtuelle au Canada.

Après avoir vécu cette expérience, Lipson a utilisé ce qu’il a appris au service d’une autre startup : Dutchie, qui est une startup de deux ans, 36 ans basée à Bend, Oregon, dont le logiciel est utilisé par un nombre croissant de dispensaires de cannabis qui paient à la startup un abonnement mensuel pour créer et maintenir leurs sites Web, en plus d’accepter les commandes et de suivre ce qui doit être prêt pour la collecte.

A lire également : Qu'est-ce que la cannabidivarine (CBDV) ?

La compagnie rapporte qu’elle est maintenant utilisée par 450 dispensaires dans 18 États et qu’elle voit 140 millions de dollars en volume brut de marchandises. Sans oublier qu’elle a géré 15 millions de dollars en financement de série A dirigé par Gron Ventures, un nouveau fonds de risque axé sur le cannabis avec au moins 117 millions de dollars à investir.

Parmi les autres participants au tour figurent : Casa Verde Capital, Thirty Five Ventures (fondée par la star de la NBA Kevin Durant et l’agent sportif Rich Kleiman), Sinai Ventures et des investisseurs individuels, y compris le fondateur et CEO de Shutterstock Jon Oringer.

A voir aussi : Rencontrez la première société de cannabis médical au monde

Au total, Dutchie a déjà recueilli 18 millions de dollars. Tech Crunch s’est entretenu avec Lipson au sujet de l’entreprise, de ses défis et du travail avec son frère aîné, Zach, qui est un entrepreneur en série qui a co-fondé la société en question et agit aujourd’hui comme directeur des produits, tandis que Ross agit en tant que PDG. Consultez l’interview complète :

TC : C’est tellement intéressant quand les frères se réunissent. Tu t’entendais toujours avec ton frère ?

RL : Nous nous complétions fortement. Je suis l’énergie, je suis les ventes et le développement des affaires. Je suis rapide par nature et le gars qui veut conduire la voiture aussi vite que possible. Zach est celui qui veut s’assurer qu’on fait tout bien. C’est lui qui est méthodique. Nous nous comprenons vraiment très bien et apprécions les forces et les faiblesses de l’autre, ce qui nous permet de trouver entre beaucoup de choses.

TC : Il est également intéressant de constater que vous avez tous les deux été fondateurs depuis que vous étiez à l’université. Vos parents étaient entrepreneurs ?

RL : Notre père est fondateur et dirige sa propre entreprise depuis 35 ans. Nos parents nous ont toujours montré que tout était possible et nous ont encouragés à le faire. Il était le rêveur et notre mère était la pom-pom girl, ce qui est une combinaison vraiment cool.

TC : Vous avez commencé Dutchie il y a quelques années. La gestion de cette startup est-elle plus ou moins difficile que votre expérience dans le secteur de la livraison de nourriture ?

RL : C’est notre deuxième année d’activité et nous avons vu une croissance explosive et sans précédent. Comme pour être plus par là, nous entendons les consommateurs, mais aussi les dispensaires. Nous nous concentrons sur le client toute la journée, tous les jours, avec une équipe qui veille à ce qu’il soit pris en charge, reçoit ses commandes, que les commandes sortent rapidement ou au moins prêtes à être ramassées. Nous nous assurons que les photos fonctionnent, que les différents pouvoirs sont marqués. Notre système est comme un Shopify de l’espace de marijuana qui pourrait trouver DoorDash.

TC : Vous ne livrez pas, cependant.

RL : Non Nous ne livrons pas pour des raisons juridiques ; les dispensaires [traitent cette partie].

TC : Vous facturez comme d’autres sociétés de logiciels en tant que service. Faites-vous aussi une coupe de chaque vente ?

RL : Nous ne facturons pas le volume des transactions.

TC : Vous travaillez avec 450 dispensaires. Y a-t-il un moyen de savoir quel pourcentage du marché global il s’agit et combien il vous reste à poursuivre ?

RL : Premièrement, il y a plus de 30 États où la marijuana est médicalement légale ou qui légalise l’usage récréatif de la marijuana, et nous opérons dans les deux types de marchés. Il est difficile de connaître le nombre réel [des dispensaires], parce qu’ils sont toujours formés, acquis ou fermés, mais en comptant les dispensaires enregistrés, nous travaillons avec plus de 15% d’entre eux maintenant.

TC : Quels sont vos plus grands concurrents ? Eaze ? Feuille ? Ils aident également les consommateurs à trouver de la marijuana et, dans le cas d’Eaze, à la livrer également.

RL : Eaze se concentre davantage sur la livraison, où nous nous concentrons davantage sur la collecte. Il est également disponible uniquement en Californie et en Oregon, alors que nous sommes dans 18 États. Ils éduquent les consommateurs sur la commande en ligne, ce qui est génial, mais ils ont aussi l’expérience du consommateur, où nous donnons réellement les moyens d’agir au dispensaire.

Leafly et Weedmaps sont vraiment différents types de plateformes ; elles sont surtout connues pour leurs évaluations et déformations dispensaires, où nous sommes strictement un service de commande en ligne.

TC : Vous avez créé une grande série A pour une entreprise de l’industrie du cannabis. Avez-vous des inquiétudes au sujet de la disponibilité du financement à un stade ultérieur, au besoin ?

RL : Il est vrai que la plupart des investisseurs n’ont pas encore touché le cannabis, même si vous voyez des transactions plus importantes. Thrive Capital a mené cette ronde de 35 millions de dollars en inventaire de cannabis en ligne et en plateforme de commande LeafLink le mois dernier. Vous avez vu Tiger Global mener un tour de 17 millions de dollars sur la plateforme logicielle pour les dispensaires de marijuana Green Bits l’été dernier. C’est un grand avantage pour les fonds qui peuvent maintenant investir parce qu’il y a ces obstacles à l’entrée ; ils trouvent des accords prometteurs et peuvent entrer tôt et sans