Quel est le mythe de la grotte :

Le mythe de la grotte est un métaphore créée par le philosophe grec Platon , qui consiste en une tentative d’expliquer condition de l’ignorance dans laquelle les humains vivent et ce qui serait nécessaire pour réaliser le vrai « monde réel » , basé sur la raison au-dessus des sens.

Cela peut vous intéresser : La marijuana est devenue une entreprise de banquiers, souligne Marcelo Tognozzi dans l'article

Aussi connu sous le nom Allégorie de la grotte ou parabole de la grotte, cette histoire est présente dans l’œuvre « La République » créée par Platon et qui discute essentiellement de la théorie de la connaissance, de la langue et de l’éducation pour la construction d’un état idéal.

Le Mythe de la grotte est l’un des textes philosophiques les plus débattus et connus de l’humanité, servant de base pour expliquer le concept de bon sens par opposition à ce qui serait la définition du sens critique.

A découvrir également : Déballez moins et épluchez plus !

Selon la pensée platonique, qui a été grandement influencée par les enseignements de Socrate, la monde sensible était celle vécue par les sens, où résidait la fausse perception de la réalité ; déjà le soi-disant monde intelligible n’a été atteint que par des idées, c’est-à-dire par la raison.

Le vrai monde ne peut être atteint que lorsque l’individu perçoit les choses autour de lui à partir de la pensée critique et rationnelle, ne dispensant que l’utilisation des sens de base.

En savoir plus sur la signification de Platonic.

Le mythe de la grotte

Selon l’histoire formulée par Platon, il y avait un groupe de personnes vivant dans une grande grotte, les bras, les jambes et les cous liés par des chaînes, les forçant à s’attacher uniquement au mur au fond de la grotte.

Derrière ces personnes, il y avait un feu et d’autres individus transportant autour des images de lumière feu d’objets et d’êtres, qui avaient leurs ombres jetées sur le mur de la grotte, où les prisonniers regardaient.

Alors qu’ils étaient pris au piège, les prisonniers ne pouvaient voir que les ombres des images, jugeant que ces projections étaient réalité.

Une fois, l’un des gens pris au piège dans cette grotte a réussi à se libérer des courants et sortit dans le monde extérieur. Au début, la lumière du soleil et la diversité des couleurs et des formes ont effrayé l’ancien prisonnier, ce qui lui a donné envie de retourner dans la grotte.

Cependant, au fil du temps, il finit par s’émerveiller devant les nombreuses nouveautés et découvertes qu’il a faites. Il voulait donc retourner dans la grotte et partager avec les autres prisonniers toutes les informations et expériences qui existaient dans le monde extérieur.

Les gens qui étaient dans la grotte, cependant, ne croyaient pas ce que l’ancien prisonnier disait et l’ont qualifié de fou. Pour empêcher ses idées d’attirer les autres dans les « dangers de la folie », les prisonniers ont tué le fugitif.

Interprétation du mythe de la grotte

Pour Platon, la grotte symbolisait le monde où vivent tous les êtres humains, tandis que être représentés par les croyances, les cultures et d’autres informations de bon sens qui sont absorbées tout au long de la vie.

Les gens sont coincés avec ces idées préétablies et ne cherchent pas un sens rationnel pour certaines choses, évitant la « difficulté » de penser et de réfléchir, préférant se contenter uniquement de l’information qui leur est offerte par d’autres personnes.

L’individu qui réussit « libre des chaînes » et vivre le monde extérieur est celui qui va au – delà de la pensée ordinaire, critiquant et questionnant sa réalité.

Comme avec son maître Socrate, qui a été tué par les Athéniens à cause de ses pensées philosophiques qui provoquèrent une déstabilisation dans la « pensée commune », le protagoniste de cette métaphore a été tué pour empêcher la propagation des idées « révolutionnaires ».

Le mythe de la grotte reste très contemporain dans les différentes sociétés du monde entier, qui préfèrent rester sans rapport avec la pensée critique (soit par paresse, soit par manque d’intérêt) et acceptent les idées et les concepts imposés par un groupe dominant, par exemple.

Source : Significations