Par Joao Victor Chaves, avocat et collaborateur du blog Citizenship

L’hypothèse d’une ingérence de la magistrature dans la libération de drogues produites à partir du cannabis fait l’objet d’une grande controverse. À cet égard, il existe certains paramètres normatifs qui doivent être observés par les juges pour l’octroi du médicament, y compris la prévision des coûts par les régimes de santé.

A voir aussi : Promesse de campagne : Le succès de la légalisation du cannabis au Canada

Pour remédier à ce problème, la résolution normatif 269/2011 de l’Agence nationale de la santé stipule que les plans de santé sont tenus de prendre en charge les coûts des procédures d’urgence. En ce sens, le médecin de confiance du patient doit fournir des rapports et des examens démontrant l’urgence alléguée. Conformément à la loi 9656/98, le délai de grâce maximal qui peut être exigé par les plans de santé pour les procédures d’urgence est de 24 heures.

Il n’y a pas non plus de consensus sur les maladies qui peuvent être traitées par le cannabidiol, par exemple. Le Conseil fédéral de la médecine recommande un traitement pour les crises dans l’enfance. Par conséquent, il peut y avoir de plus grandes difficultés pour que ce traitement soit dirigé vers d’autres maladies, même s’il existe des précédents judiciaires qui admettent sa concession.

Sujet a lire : Diriger l'industrie de la CDB dans une nouvelle décennie

Le résumé 102 de la Cour de justice de l’État de São Paulo, par exemple, considère que, après avoir exprimé des indications médicales, la couverture négative des frais de traitement est abusive en raison de son caractère expérimental ou parce qu’elle n’est pas prévue dans la liste des procédures de l’ANS.

Bien que l’enregistrement des médicaments à base de cannabidiol ait été approuvé par ANVISA en 2017, l’autorisation est spécifique pour le traitement de la spasticité. L’utilisation est donc considérée comme expérimentale en ce qui concerne d’autres maladies sur lesquelles il n’y a toujours pas de position établie par les organes de contrôle.

Pourtant, il existe des arrêts de la Cour de justice de l’État de São Paulo considérant que la prescription médicale chevauche le traitement proposé par l’opérateur de santé, même lorsqu’il s’agit d’un médicament expérimental. Le 29 mai, la 7ème chambre de droit privé de la Cour a statué sur un recours formé en faveur d’un patient diagnostiqué de paralysie cérébrale. À l’époque, la collégiale a déterminé que le régime de santé devrait assumer le coût total du cannabidiol par l’intermédiaire du réseau accrédité ou par le biais d’un remboursement (appel public 1002837-94.2018.8.26.0320).

Un autre patient, diagnostiqué avec la maladie de Parkinson, a également été autorisé par la Cour de justice de l’État de São Paulo à facturer le plan de santé pour les frais de traitement à base de cannabidiol. En l’espèce, le juge de justice a fait observer que plusieurs tentatives ont été faites pour traiter les symptômes sur une période de dix-huit ans, avec l’utilisation de médicaments plus traditionnels, mais que les résultats n’ont pas TVA viable pour le traitement (appel civil 1002837-94.2018.8.26.0320).

Un autre facteur constamment pris en considération par le pouvoir judiciaire est les garanties constitutionnelles à la santé et à la vie. Les clauses sont souvent considérées comme nulles par le pouvoir judiciaire, qui prévoient un désavantage excessif pour le consommateur, notamment dans les contrats d’adhésion, parce qu’elles sont rédigées unilatéralement. Le Code de protection des consommateurs contient des dispositifs de lutte contre ces abus.

Ce sont là quelques-uns des aspects fréquemment examinés par les juges pour autoriser l’utilisation de drogues à base de cannabidiol, bien qu’il n’existe pas de législation détaillée à ce sujet.