Il y a quelques années, le prix Nobel de médecine, Richard J. Roberts, dénonçait la façon dont les grandes sociétés pharmaceutiques travaillent dans le système capitaliste, préférant les avantages économiques à la santé et retenant les progrès scientifiques dans la guérison des maladies, parce que la guérison n’est pas aussi rentable que la chronicité.

Il a été révélé que les grandes compagnies pharmaceutiques américaines dépensent des centaines de millions de dollars par an en paiements aux médecins qui font la promotion de leurs médicaments. En complément, nous reproduisons cette interview où il dit que les médicaments qu’ils guérissent ne sont pas rentables et, par conséquent, ne sont pas développés par des compagnies pharmaceutiques qui, en retour, développent des médicaments chroniques consommés de manière sérialisée. Cela, dit Roberts, signifie également que certains médicaments qui pourraient guérir une maladie ne sont pas étudiés. Et la question est de savoir dans quelle mesure il est valable et éthique que l’industrie de la santé soit régie par les mêmes valeurs et principes que le marché capitaliste, qui ressemble même à celui de la mafia.

En parallèle : Alimentation pendant la grossesse -

L’enquête peut-elle être planifiée ?
Si j’étais ministre de la Santé ou chef de la Science et de la Technologie, je chercherais des gens enthousiastes qui ont des projets intéressants ; je leur donnerais de l’argent pour qu’ils n’aient pas à faire autre chose qu’à enquêter et à les laisser travailler dix ans pour qu’ils puissent nous surprendre.

Ça ressemble à une bonne politique.
On pense que pour aller très loin, nous devons soutenir la recherche fondamentale, mais si nous voulons des résultats plus immédiats et plus rentables, nous devons parier sur les applications appliquées…

Cela peut vous intéresser : Substitut hormonal bioidentique -

Et ce n’est pas comme ça ?
Souvent, les découvertes les plus rentables ont été faites à partir de questions très fondamentales. C’est ainsi qu’est née la gigantesque industrie de la biotechnologie milliardaire aux États-Unis, pour laquelle je travaille.

Comment êtes-vous né ?
La biotechnologie est apparue lorsque des passionnés ont commencé à se demander s’ils pouvaient cloner des gènes et ont commencé à les étudier et à essayer de les purifier.

Une aventure.
Oui, mais personne ne s’attendait à s’enrichir de ces problèmes. Il était difficile d’obtenir des fonds pour étudier les réponses jusqu’à ce que Nixon déclenche la guerre contre le cancer en 1971.

Était-ce scientifiquement productif ?
Avec une énorme quantité de fonds publics, il a permis de nombreuses recherches, comme la mienne, qui ne fonctionne pas directement contre le cancer, mais qui a été utile pour comprendre les mécanismes qui permettent la vie.

Qu’est-ce que tu as trouvé ?
Phillip Allen Sharp et moi avons été récompensés pour la découverte d’introns dans l’ADN eucaryote et le mécanisme de l’épissage des gènes (manipulation génétique).

C’était pour quoi ?
Cette découverte a aidé à comprendre comment fonctionne l’ADN, et pourtant il n’a qu’une relation indirecte avec le cancer.

Quel modèle de recherche pensez-vous le plus m que le capital privé est actif, il est beaucoup plus efficace. Prenons, par exemple, les progrès spectaculaires de l’industrie informatique, où l’argent privé finance la recherche fondamentale et appliquée. Mais en ce qui concerne l’industrie de la santé, j’ai mes réserves.

Je comprends.
La recherche sur la santé humaine ne peut pas dépendre uniquement de sa rentabilité. Ce qui est bon pour les dividendes d’entreprise n’est pas toujours bon pour les gens.

Expliquez.
L’industrie pharmaceutique veut servir les marchés financiers…

Comme toute autre industrie.
Il ne s’agit pas seulement d’une autre industrie : nous parlons de notre santé et de nos vies, de celles de nos enfants et de celles de millions d’êtres humains.

Mais s’ils sont rentables, ils enquêteront mieux.
Si tout ce que vous pensez est le profit, vous arrêtez de vous soucier de servir les êtres humains.

Par exemple…
J’ai vérifié comment, dans certains cas, les enquêteurs dépendants de fonds privés ont découvert des médicaments très efficaces qui auraient complètement mis fin à une maladie…

Et pourquoi ont-ils arrêté d’enquêter ?
Parce que les entreprises pharmaceutiques ne sont souvent pas aussi intéressés à guérir les gens que de retirer de l’argent d’eux, et donc la recherche est soudainement détourné vers la découverte de médicaments qui ne guérissent pas complètement, mais qui rendent la maladie chronique et leur faire sentir une amélioration qui disparaît quand cesse de prendre le médicament.

C’est une accusation sérieuse.
Mais il est d’usage pour les entreprises pharmaceutiques de s’intéresser aux lignes de recherche non pas pour guérir, mais plutôt pour rendre les maladies chroniques avec des médicaments chroniques beaucoup plus rentables que celles qui guériront une fois pour toutes. Et vous n’avez pas à faire plus que de suivre l’analyse financière de l’industrie pharmaceutique pour prouver ce que je dis.

Il y a des dividendes qui tuent.
C’est pourquoi je vous ai dit que la santé ne peut pas être un marché, pas plus qu’elle ne peut être considérée comme un moyen de gagner de l’argent. Je pense donc que le modèle mixte européen de capital public et privé rend ce genre d’abus difficile.

Un exemple de tels abus ?
Les antibiotiques ont cessé d’enquêter parce qu’ils sont trop efficaces et complètement guéris. Comme aucun nouvel antibiotique n’a été développé, les micro-organismes infectieux sont devenus résistants et aujourd’hui la tuberculose, qui a été vaincue dans mon enfance, émerge de nouveau et l’année dernière a tué un million de personnes.

Tu ne parles pas du tiers monde ?
C’est un autre chapitre triste : les maladies du tiers monde sont à peine étudiées, car les médicaments qui les combattent ne seraient pas rentables. Mais je parle de notre premier monde : le médicament qui guérit tout n’est pas rentable et, Dans notre système, les politiciens ne sont que des fonctionnaires des grandes capitales, qui investissent tout ce qu’il faut pour faire élire leurs garçons et, s’ils ne le sont pas, achètent les élus.

Il y a tout.
Le capital ne s’intéresse qu’à la multiplication. Presque tous les politiciens, et je sais de quoi je parle, dépendent sans vergogne de ces multinationales pharmaceutiques qui financent leurs campagnes. Les autres sont des mots…

Source : Sanar Éditeur