Les professionnels du programme suivront un cours de deux ans et, s’ils sont approuvés, l’embauche sera régie par le CLT. MP entre en vigueur dans la publication, mais doit être approuvé par le Congrès.

Le président Jair Bolsonaro et le ministre de la Santé, Luiz Henrique Mandetta, ont signé ce jeudi (1er) la mesure provisoire qui crée le programme Médicos pour le Brésil, qui remplacera le Mais Médicos Médicos.

Avez-vous vu cela : Les médecins prescripteurs ne tiennent pas compte de la recommandation du ministère de la Santé d'utiliser le CBD uniquement pour l'épilepsie

Au total, le programme comptera 18 000 postes vacants, dont environ 13 000 dans les villes ayant des difficultés à consulter un médecin.

Le gouvernement a indiqué qu’il avait l’intention d’augmenter d’environ 7 000 postes vacants l’offre de médecins dans les municipalités présentant des « lacunes plus importantes en matière de soins ». Selon le portefeuille, 4 mille nouveaux postes vacants seront prioritaires pour les régions du Nord et du Nord-Est.

Avez-vous vu cela : Les 5 meilleurs ordinateurs portables bon marché du marché

Le député, signé en cérémonie au Palácio do Planalto, entre en vigueur dès sa publication au « Journal officiel de l’Union ». Pour devenir loi, le texte devra être approuvé par le Congrès national dans un délai de 120 jours.

Le président Jair Bolsonaro et le ministre de la Santé, Luiz Henrique Mandetta, ainsi que des parlementaires et d’autres autorités lors de la cérémonie de lancement du programme Médicos pour le Brésil, au Palácio do Planalto. — Photo : Marcos Corrêa/Présidence de la République

Plus de médecins

Le programme Médicos por Brasil devrait remplacer le programme Mais Médicos, créé en juillet 2013 par le gouvernement fédéral pour établir des professionnels dans les régions mal desservies.

Le programme admet les médecins diplômés des universités brésiliennes ou avec un diplôme de l’étranger et des professionnels étrangers.

Selon le ministre Luiz Henrique Mandetta, Mais Médicos et Médicos Po Brasil opèrent en parallèle, y compris dans les mêmes municipalités, jusqu’à la fin des contrats du premier programme.

Mercredi (31), le ministère de la Santé a renouvelé pour encore trois ans la participation des professionnels brésiliens et étrangers de Mais Médicos approuvé par le programme en Juillet 2016.

Les professionnels qui travaillent actuellement chez Mais Médicos pourront travailler jusqu’à la fin de leurs contrats. Pour rejoindre Médicos par le Brésil, il faudra passer par le processus sélectif.

Dans le cas des médecins étrangers qui ont travaillé chez Mais Médicos, Mandetta a expliqué qu’à l’heure actuelle, seuls ceux qui ont revalidé leur diplôme de médecine au Brésil travailleront.

« Dans ce texte que nous avons envoyé [du député], il n’y a rien sur la revalidation des diplômes, ni pour ces médecins [Cubains] ni pour les milliers de Brésiliens qui ont fait la médecine au Paraguay ou en Bolivie », a déclaré le ministre.

Selon Mandetta, le gouvernement ne fermera pas Mais Médicos pour éviter un « vide » dans les soins des municipalités bénéficiaires.

Le gouvernement effectuera la sélection pour le nouveau programme après l’approbation du député au Congrès national et la sanction de la loi par le Président de la République.

Le ministre croit que jusqu’à Novembre, il sera possible d’avoir la loi première sélection.

Mandetta m’a estimé d’ici la fin de 2020 il sera possible d’avoir presque tous les 18 mille postes vacants de Docteurs Por Brasil occupés.

« Vivons avec le programme précédent et le nouveau programme, parce que je ne vais pas annuler la loi précédente [Plus de médecins] à la fois. Je pourrais créer un vide jusqu’à ce que vous ayez fait tout le processus sélectif. Ensuite, nous coexisterons », a déclaré le ministre.

Mandetta a déclaré qu’il considère « extrêmement approprié » le nombre de 18 mille postes vacants que le nouveau programme offrira. Selon lui, le Brésil formera 350 mille médecins en une décennie, des professionnels qui travaillent habituellement pendant 40 ans.

« Cette profession se stabilisera à 1,6 million de médecins. 18 000 nous ont paru un nombre extrêmement approprié pour nous assurer que nous avons de la main-d’œuvre », a déclaré le ministre.

Il a souligné que le nouveau lien d’emploi est plus attrayant, car il y aura un portefeuille signé, des salaires plus élevés, la stabilité et la possibilité de choisir le lieu de travail en fonction de la classification dans la sélection.

Le président Jair Bolsonaro et le ministre de la Santé, Luiz Henrique Mandetta, lors de la cérémonie de lancement du programme médical par le Brésil — Photo : Marcos Corrêa/Présidence de la République

Nouveau programme

Selon le ministre de la Santé, le programme Médicos pour le Brésil sera axé sur l’envoi de professionnels dans les villes les plus vulnérables du pays et la formation de médecins spécialistes en médecine familiale et communautaire.

Le texte du député indique que les municipalités avec « petite taille de population, faible densité démographique et distance pertinente des centres urbains peuvent adhérer volontairement au programme, sur la base d’une classification définie par l’Institut brésilien de géographie et de statistique — IBGE, y compris les districts sanitaires spéciaux communautés autochtones ou riveraines ».

En outre, selon le texte, les municipalités à forte vulnérabilité peuvent également être enregistrées, « avec une forte proportion de personnes inscrites dans les équipes de santé familiale qui reçoivent des avantages financiers du programme Bolsa Família, des prestations continues ou toute prestation de sécurité sociale jusqu’à concurrence de deux salaires minimaux ».

Selon le gouvernement, 4,8 000 municipalités du pays seront divisées en cinq catégories dans le nouveau programme :

  • Rural éloign
  • Campagne adjacente
  • Intermédiaires distants
  • Intermédiaires adjacents
  • Urbain

Comprendre les changements clés

  • Processus sélectif : avant, les professionnels se sont inscrits sur Internet. Maintenant, il y aura un processus sélectif avec des critères techniques, ce ne sera pas seulement une inscription. Seuls les médecins inscrits au Conseil régional de médecine peuvent participer.
  • Formation : les professionnels inscrits doivent suivre une formation de deux ans en médecine familiale et  : Pour compléter la spécialisation, les professionnels devront présenter, comme travail de fin de cours, une analyse de la santé locale à l’endroit où ils travaillent. L’idée du Ministère de la santé est de faire des évaluations et des plans d’action dans tous les lieux où ces professionnels travailleront.
  • Embauche : sera faite seulement après avoir obtenu le certificat de spécialiste en médecine familiale et communautaire, et dans le régime CLT. Auparavant, une seule bourse était payée, sans emploi, et pour une durée déterminée.

Budget

Secrétaire des soins de santé primaires du ministère, Enzo Harzheim, a indiqué que le budget du nouveau programme en 2020 sera de l’ordre de R$ 3,4 milliards, prévu en 2019 pour More Médecins. On ne s’attend pas à surmonter ce plafond dans les trois à quatre prochaines années.

Le secrétaire a expliqué qu’il y a une autorisation budgétaire pour financer l’augmentation des postes vacants et des salaires (actuellement 14 000 médecins reçoivent 12 000 r$ par mois) du nouveau programme.

Il a rapporté que Mais Médicos « a un problème d’exécution du budget », en raison des étapes de l’appel des professionnels, qui dans certains cas prend un an. « N’a jamais dépensé 3,4 milliards de dollars », a-t-il dit.

Embauche

Selon le ministère de la Santé, le processus sélectif d’embauche des médecins sera éliminatoire et classifiable. Le processus sera pour deux fonctions différentes :

  • Médecins de famille et de communauté : médecin ayant un dossier professionnel (CRM), qui sera affecté aux unités de santé familiale pour suivre un cours de spécialisation en médecine familiale et communautaire.
  • Professeur de médecine : spécialistes en médecine familiale et clinique communautaire ou médicale, tous deux inscrits professionnels, qui seront embauchés par CLT et suivront dans une unité de santé familiale.

Pour être embauché, le médecin devra être inscrit auprès du Conseil régional de médecine et être approuvé dans un cours de formation supervisé d’une durée de deux ans. Pendant cette période, le professionnel recevra une bourse de formation. À la fin du cours, un test sera effectué pour obtenir le titre de spécialiste en médecine familiale et communautaire.

Seuls ceux qui obtiennent le titre peuvent être embauchés par le programme Médicos par l’intermédiaire du Brésil, avec un emploi sous le régime CLT. Cela garantira, par exemple, que les professionnels ont le 13e salaire et ont plus de stabilité.

Le ministère de la Santé a indiqué qu’au cours des deux premières années du programme, les professionnels qui ont suivi un cours de spécialisation recevront une bourse d’études d’une valeur de 12 000 R$ par mois, avec une prime de 3 000 R$ pour les sites considérés comme éloignés et 6 000 R$ pour des activités avec les populations autochtones et le bord de la rivière localités.

Selon le ministère de la Santé, les médecins qui suivront le cours de spécialisation auront une journée hebdomadaire de 60 heures, de envisagées par leurs tuteurs, qui travaillent dans le programme, pendant une semaine tous les deux mois.

Les médecins approuvés dans le cours testeront pour obtenir le titre de spécialiste en médecine familiale et communautaire, ce qui permettra l’embauche avec une licence signée dans le programme.

L’embauche via CLT aura quatre niveaux de salaire avec des progrès tous les trois ans de participation au programme. Il y aura également des gratifications, de sorte que le premier niveau de salaire peut atteindre 21 000 R$ et R$ 31 mille, selon l’emplacement de l’opération.

L’embauche se fera dans le cadre de l’Agence pour le développement des soins de santé primaires (Adaps), créée par la PM signée ce jeudi. L’entrée des médecins dans le programme se fera par un processus sélectif, coordonné par l’agence.

Adaps agira en tant que service social autonome, en favorisant la mise en œuvre de politiques de développement des soins de santé primaires au sein du SUS et en encourageant le développement d’activités d’enseignement, de recherche et de vulgarisation, intégrant l’enseignement et les services.

Indices de santé

Avec le nouveau programme, le Ministre de la santé, Luiz Henrique Mandetta, a expliqué que des indicateurs de santé tels que la mortalité infantile, l’amputation des pieds diabétiques et le temps moyen d’allaitement maternel seront pris en compte dans la répartition des ressources pour les soins primaires dans le Système de santé unifié (SUS). Selon Mandetta, la question est en discussion avec le Conseil national des secrétariats municipaux de la santé.

« Aujourd’hui, il est toujours payé, par le modèle actuel, pour ce qu’il a, le nombre de personnes et d’équipes. Nous allons partir maintenant non pas pour ce que nous avons, cela leur donnera la garantie de recevoir pour ce qu’ils ont, mais aussi par des indicateurs. Là où vous aurez aussi des fluctuations, elle sera aussi variable », a déclaré Mandetta.

Source : G1