Les universités, les psychiatres et les experts analysent l’influence des sentiments dans les manifestations de maladies et pointent vers le pardon comme moyen de guérison

Coordonnateur. Professeur à l’UFF José Genilson Ribeiro enseigne la discipline de la médecine et de la spiritualité — Brenno Carvalho

A voir aussi : Anvisa publie la vente de produits du cannabis en pharmacie

NITERÓI — Le dicton « Errer est humain, et pardonner est divin » a toujours traversé la religiosité. Cependant, le pardon et la sensibilisation ont gagné de l’espace dans les milieux académiques et scientifiques, qui analysent les bienfaits pour la santé de ceux qui cultivent de bons sentiments et laissent derrière eux la rancune, le chagrin et la colère. Une preuve de ce changement est la discipline facultative Médecine et Spiritualité, qui va au quatrième semestre à la Faculté de Médecine de l’Université Fédérale Fluminense.

Les maîtres de la chaire travaillent avec l’idée de la médecine intégrative selon les concepts de la Charte d’Ottawa qui, en 1986, demandait aux organisations sociales et à l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) de s’efforcer d’établir une nouvelle norme de santé publique. Le document soutient que la santé n’est pas seulement l’absence de maladie, mais une condition résultant du bien-être physique, psychologique, familial, social et spirituel, comme l’explique le coordinateur de la discipline, José Genilson Ribeiro.

Avez-vous vu cela : Nos produits de teinture chez CBD

— En Europe et aux États-Unis, environ 80% des collèges ont déjà cette chaire dans leur programme d’études. Au Brésil, nous sommes encore lents — dit Ribeiro, urologue et professeur UFF responsable de la mise en œuvre de la discipline en 2017. — En classe, nous travaillons sur les sentiments. Nous croyons que la maladie commence dans l’âme, s’installe dans le corps physique, et qu’il est nécessaire de traiter le patient de manière intégrale. Il ne suffit pas de traiter l’effet de la maladie, mais les aspects totaux. Beaucoup de gens ont des douleurs et ne peuvent pas pardonner. Cela les laisse piégés dans leurs douleurs, ce qui rend l’amélioration physique difficile.

Enseignée par un groupe de professionnels travaillant dans les domaines de la psychologie, de la médecine et de l’art-thérapie, la discipline Médecine et Spiritualité va au-delà des salles de classe. Au Núcleo de Estudos em Saúde, Médecine et Spiritualité (Nesme) de l’UFF, les patients sont traités gratuitement par les enseignants et les étudiants.

À l’Université d’État de Rio de Janeiro (Uerj), les étudiants ont créé la Ligue académique de médecine et de spiritualité (Liame), en 2014, pour donner de l’espace à la recherche et au débat sur le sujet. Couvrant la nécessité de « prendre soin de ceux qui s’occupent », un groupe de soutien étudiant Liame accueille les étudiants en médecine afin qu’ils puissent aussi exprimer leurs émotions et avoir de meilleures conditions pour les traiter.

— Nous avons créé Liame basé sur un intérêt accru académique et scientifique pour le thème de la santé et de la spiritualité. En 1998, l’OMS a proposé l’inclusion de la dimension spirituelle de l’être dans sa définition de la santé, en nous invitant à repenser le paradigme scientifique face au dialogue avec le sens spirituel de la vie — Le Liame.

Pardonner est bon pour votre santé

L’énergie à l’ordre du jour. Conférence sur le pardon est donnée à l’Institut International de Projeciologie et de Conscientiologie (IIPC) — Priscilla Aguiar

Pour le psychiatre Carmita Abdo, directeur de l’Association Médicale Brésilienne (AMB) et président de l’Association brésilienne de psychiatrie (ABP), une preuve de ce qui est préconisé par la discipline de Médecine et de Spiritualité et par Liame est dans les effets négatifs ou positifs des substances produites par l’homme corps après l’expérience de bonnes ou mauvaises sensations.

— Les émotions conduisent à des changements de substances dans le corps. Lorsque nous libérons l’ocytocine et l’endorphine, ils nous conduisent à l’amélioration de l’immunité et des sensations de bien-être. Le contraire se produit avec des sensations négatives, qui libèrent des substances qui réduisent l’immunité. Avec le pardon, ce n’est pas différent. Quand vous pardonnez à quelqu’un, vous avez un sentiment de soulagement, de gratification, qui est inversé en ocytocine — explique-t-il.

Le conscientiologiste — un professionnel qui étudie la conscience humaine — Mário Oliveira est membre de l’Association Interassistance Parapsychisme (Assip), basée à Foz do Iguaçu, qui a sur l’un de ses fronts la compréhension de l’importance du pardon pour le processus de guérison maladies.

— Nous maintenons un cours de sensibilisation à l’importance du pardon. Nous croyons que l’absence de pardon a créé des problèmes de santé, que ce soit le cancer, la dépression, les allergies ou la douleur, tous associés aux chagrins sauvés. Au fil du temps, ces sentiments ont tendance à se manifester d’une manière ou d’une autre, de manière comportementale ou physique. Il est difficile de combler ce pont, et c’est pourquoi nous avons créé un séminaire dédié à la pratique du pardon. Avec des exercices et des conférences, les participants sont encouragés à pardonner — explique Oliveira, qui traitera le séminaire à Rio, à Flamengo, les 4 et 5 août.

À Niterói, l’Institut International de Projéciologie et de Conscientiologie (IIPC), à Icaraí, tiendra un cours sur le thème du pardon le 19 août. Alessandra Nascimento, coordinatrice de l’IIPC dans l’État de Rio, ajoute :

— Nous étudions la science qui est basée sur la relation de la conscience avec le corps physique et ses énergies, et nous croyons que l’énergie a une très grande interaction dans la santé. Leur déséquilibre peut causer des maladies. Ceux qui ont de la difficulté à pardonner ont beaucoup d’attachement, ce qui attire des énergies de faible niveau et peut rendre le corps malade.

Source : O Globo