Il semble que Jeff Bezos soit un perdant terrible. Sa société aérospatiale, Blue Origin, poursuit la NASA en raison du contrat signé entre l’agence spatiale et SpaceX, son rival Elon Musk, pour construire le « Human Landing System », un système d’atterrissage qui amènera les astronautes à la surface de la Lune.

A voir aussi : Ce qu'il faut pour être un professionnel dans le domaine des ressources humaines

Tout a commencé en avril 2020, lorsque Blue Origin, SpaceX et Dynetics ont été choisis par la NASA pour rivaliser entre eux dans le développement de véhicules d’atterrissage pour le programme Artemis.

Chaque entreprise a présenté une proposition, et la NASA a alloué à chacun un montant déterminé en fonction du niveau de développement de chaque projet, et celui de Blue Origin était ce qui était à l’époque la plus avancée.

Sujet a lire : Le ministère de l'Agriculture approuve l'homologation des pesticides à haute toxicité

La société a ainsi reçu 579 millions de dollars pour développer un véhicule d’atterrissage intégré (ILV), avec un module en trois étapes qui pourrait être lancé par les fusées New Glenn de la société, ou Vulcan, de la United Launch Alliance (ULA), un consortium entre Lockheed Martin et Boeing.

Jeff Bezos présente un prototype de Blue Moon, un module d’atterrissage Blue Origin proposé à la NASA. Image : Blue Origin

Dynetics, a reçu 253 millions de dollars pour créer le Dynetics Human Landing System (DHLS), un cadre unique qui serait également lancé par un Vulcain ULA. Enfin, SpaceX travaille sur son Starship, un vaisseau spatial entièrement intégré qui utilisera la fusée Super Heavy et a reçu environ 135 millions de dollars.

Les entreprises devraient finaliser leurs projets d’ici février 2021, lorsque la NASA choisira la façon de procéder, étant entendu que les deux meilleurs projets seraient sélectionnés.

Surprise au choix

Mais en annonçant son choix en avril dernier, l’agence spatiale américaine a surpris : elle n’a choisi que SpaceX, lui accordant un contrat de 2,9 milliards de dollars (15,2 milliards de R$). Selon le journal américain The Washington Post, la proposition de la société a été choisie parce que c’était « de loin celui qui a eu le coût le plus bas ».

La

NASA a également apprécié la capacité de Starship à transporter de grandes quantités de marchandises vers et depuis la surface de la Lune, ce qui « a le potentiel d’améliorer considérablement les opérations scientifiques ».

Selon les experts, le choix de SpaceX reflète uniquement la confiance de l’agence spatiale dans l’entreprise, qui lancera bientôt sa troisième mission habité dans l’espace dans un an, alors que les concurrents continuent de développer leurs véhicules.

Jeff Bezos n’a pas aimé l’histoire. Blue Origin et Dynetics ont déposé une plainte contre la NASA auprès du Government Accountability Office (GAO) des États-Unis. Ils affirment que l’agence a violé les conditions initiales du concours, pour lesquelles elle devrait en sélectionner plus d’un pour une concurrence égale.

Starship et Super Heavy, ensemble pour la première fois. Le premier test orbital devrait avoir lieu en 2020. Image : Space/Disclosure

Après avoir suspendu le contrat entre la NASA et SpaceX pendant 95 jours pour analyse, GAO a ignoré les arguments des entreprises, les considérant comme « frivoles », et a déclaré :

« En niant les manifestations, GAO a d’abord conclu que la NASA n’avait pas enfreint les lois sur l’offre et la demande en décidant de ne choisir qu’une seule entreprise. L’annonce faite par la NASA a précisé que le prix à verser serait assujetti au montant du financement mis à disposition pour le programme. En outre, l’annonce se réserve le droit de promouvoir plusieurs prix, juste un prix ou aucun prix. La NASA a conclu qu’elle ne disposerait que de fonds suffisants pour obtenir un prix. Le GAO a ensuite conclu qu’il n’était pas nécessaire pour l’agence d’engager des discussions, de modifier ou même d’annuler l’annonce. En conséquence, le GAO a nié les arguments des manifestations. »

Le nouveau processus

Le

nouvel assaut de Blue Origin, un procès devant la Cour des revendications fédérales des États-Unis, est caché derrière une mesure de protection, mais les avocats de l’entreprise l’ont décrit comme un défi à « l’évaluation illégale et inappropriée par la NASA des propositions soumises dans le cadre du concours ».

Selon The Verge, un porte-parole de Blue Origin qualifie le processus de « tentative de remédier aux failles dans le processus d’acquisition du système Human Lansing de la NASA », et ajoute que « nous croyons fermement que les problèmes identifiés dans cette demande et leurs résultats doivent être résolus pour rétablir la justice, créant et garantir à l’Amérique un retour sûr sur la Lune ».

La

NASA ne s’est pas encore positionnée sur le sujet.